Breaking

lundi 27 juin 2022

Les réfugiés célèbrent les voyages et les rêves

Les familles qui vivent maintenant à New Haven se sont réunies à Edgerton Park pour se souvenir de leurs voyages depuis le Kenya, le Burundi, le Kurdistan, l'Afghanistan, la République démocratique du Congo et le Soudan — et pour construire une communauté prête à accueillir les nouveaux arrivants du monde entier.


Les réfugiés célèbrent les voyages et les rêves

 

Le groupe, appelé International New Hope For Refugees, a célébré une journée mondiale tardive des réfugiés (qui a eu lieu le 20 juin) à Edgerton Park samedi. Ils ont rempli l'après-midi ensoleillé de musique, de danse, de nourriture et d'histoires personnelles. Le pique-nique a été organisé par Jane Kinity, une résidente de Dwight et déléguée du Congrès des réfugiés du Connecticut.

 

Les membres de la communauté ont joué des airs de leur pays d'origine sur le haut-parleur, ont écouté le rythme d'un tambour guinéen et ont partagé du poulet et du riz kenyans ainsi que des plats afghans et soudanais.

 

Lorsque les participants au pique-nique ont formé un cercle pour écouter les histoires des uns et des autres, Oscar Havyarimana, coprésident du quartier démocrate de Newhallville, a parlé de son fils, qui avait 2 ans lorsque la famille est arrivée aux États-Unis après avoir quitté le Burundi. Havyraimana a rappelé qu'il était difficile pour son fils de comprendre que si ses camarades de classe à l'école pouvaient se connecter avec la famille élargie en personne, il n'avait aucun moyen de voir ses propres grands-parents.

 

Il est difficile d'expliquer des situations difficiles aux jeunes enfants, a déclaré Havyariama, "mais c'est bien de parler à vos enfants. On se rapprochait de lui tous les jours" en expliquant pourquoi ses grands-parents n'étaient pas aussi à New Haven.

 

Kinity a lancé le pique-nique annuel de la Journée des réfugiés il y a trois ans, dans le but d'aider la communauté des réfugiés à New Haven "se rassembler. »

 

"Ils avaient besoin d'un lieu de connexion", a déclaré Kinity.

 

Kinity et son mari, Isaac Newton Kinity, vivaient au Kenya avec leurs cinq enfants ; Jane Kinity dirigeait une école pour les maternelles, tandis qu'Isaac Newton Kinity était le secrétaire général du syndicat des fonctionnaires du pays. Le gouvernement kenyan a ciblé Isaac pour avoir dénoncé la corruption, tentant à six reprises de le tuer, avant que lui et sa famille ne fuient en Ouganda, a-t-il déclaré. Ils vivaient dans un camp de réfugiés ougandais, dormaient par terre et mangeaient du riz et des haricots tous les jours.

 

En 2000, la famille Kinity est arrivée avec succès à New Haven en tant que réfugiée. Comme beaucoup de réfugiés, ils ne connaissaient personne dans le pays. Ils se sont progressivement adaptés à un dialecte anglais américain et ont appris à naviguer dans le DMV.

 

Jane Kinity travaille maintenant comme gardienne de Yale et est coprésidente démocrate du quartier 2. Elle fait du bénévolat en tant qu'interprète pour les réfugiés de langue swahili, les aidant à appeler les propriétaires pour plaider en faveur de réparations domiciliaires. Une fois, elle a passé quatre heures au téléphone avec la compagnie de gaz d'un voisin.

 

Son mari Isaac a organisé des manifestations internationales contre la corruption et des initiatives d'éducation. Il a souligné samedi que les crises de réfugiés découlent en partie de vastes inégalités internationales et d'une corruption endémique qui n'est pas réglementée.

 

Plus de 20 ans après que sa famille immédiate a émigré à New Haven, la sœur et le frère de Kinity vivent toujours dans le camp de réfugiés ougandais. "Il y a d'autres réfugiés laissés pour compte", a-t-elle déclaré, exhortant les gouvernements à accueillir davantage de migrants dans leurs communautés. "Les réfugiés sont des gens qui travaillent dur", a-t-elle déclaré.

 

Kinity a également appelé la ville à offrir plus de programmes pour les jeunes, plus de soutien aux locataires et aux propriétaires. Et les ressources existantes de la ville devraient être communiquées dans le large éventail de langues que parlent les New Haveners, y compris le français, le swahili, l'arabe et le farsi, a-t-elle soutenu. "Il y a des barrières linguistiques dans chaque communauté."

 

Le chef local Azhar Ahmed peut témoigner de ces obstacles. Elle et sa fille ne connaissaient pas un mot d'anglais lorsqu'elles sont arrivées à New Haven, a-t-elle déclaré.

 

Sept ans plus tard, Ahmed et son mari Fouad Dagoum possèdent désormais leur propre maison sur Fountain Street, où ils vivent avec leurs enfants Lameese et Kutti.

 

Ahmed et Dagoum ont fui les monts Nouba au Soudan pour des raisons qu'ils trouvent difficiles à revisiter. Ils se sont d'abord rendus en Égypte, où ils ont vécu pendant 13 ans — et où Lameese est né — avant d'obtenir l'entrée des réfugiés aux États-Unis en 2015.

 

Au fil du temps, ils ont construit de nouvelles vies à New Haven. Dagoum a travaillé dans un entrepôt, puis comme agent de sécurité de nuit chez Catholic Charities. Il a suivi des cours au Gateway Community College, et cet automne, il commencera à la Southern Connecticut State University, dans l'espoir d'obtenir un certificat de comptabilité publique et d'apprendre l'administration des affaires.

 

"L'éducation est puissante", a déclaré Dagoum. "C'est la clé de n'importe quelle porte."

 

Ahmed, quant à lui, a travaillé pendant des années comme chef chez Sanctuary Kitchen. Elle est maintenant sur le point de réaliser un rêve personnel: créer son propre café, servant une cuisine soudanaise et "tout ce que les gens voudraient. »

 

Appelant à une culture qui accueille les nouveaux arrivants, Kazadi Joseph a noté que les gens s'attendent rarement à devoir fuir leur foyer et que devenir réfugié peut arriver à n'importe qui. "Nous avons vu ce qui s'est passé en Ukraine », a déclaré Joseph, qui a grandi en République démocratique du Congo. "Pour être forts, nous devons être ensemble", a-t-il déclaré.

 

"Personne ne veut être un réfugié", a ajouté Fazila Mansoori, une interprète pachto à l'hôpital de Yale-New Haven qui a quitté l'Afghanistan pour New Haven avec sa fille en 2015.

 

Ronahi Saeed, une réfugiée du Khurdistan arrivée à New Haven alors qu'elle était toute petite après avoir passé trois mois dans un camp de réfugiés de Guam, se souvient avoir passé d'innombrables heures dans son enfance à traduire des documents médicaux et juridiques pour ses parents.

 

À l'école, les camarades de classe de Saeed lui disaient de "retourner dans ton pays". La raillerie l'a troublée, car elle sentait que les États-Unis étaient son pays. Saeed a réussi ses études et a fréquenté la Southern Connecticut State University, où elle a étudié la sociologie et la psychologie. Aujourd'hui, elle coordonne les programmes d'anglais langue seconde de l'organisation locale de réfugiés Elena's Light.

 

Samedi, elle a partagé un message pour les autres réfugiés : "Vous avez de la place ici. Vous pouvez demander et créer de l'espace ici.


News by Laula Glesby

Fan page Facebook

Post Top Ad

Your Ad Spot

A la page